L’allaitement est-il possible après une réduction mammaire ?

04/02/2016 | | chirurgie mammaire

Plusieurs femmes souffrent des douleurs dorsales à cause du volume assez développé de leurs seins. Pourtant, elles hésitent de réaliser une réduction mammaire par peur qu’elles ne puissent plus allaiter. Pas d’allaitement après une réduction mammaire ? FAUX !

allaitement_apres_une_reduction_mammaireRassurez-vous, mes chères mamans (ou futures mamans). Vous pouvez assurer votre fonction physiologique convenablement car les canaux lactifères amenant le lait jusqu’au mamelon ne seront pas touchés par l’intervention.

Réduction mammaire sur les fonctions du sein : quel impact ?

Cette opération de chirurgie esthétique et ses gestes chirurgicaux qui en résultent vont dépendre du volume initial du sein et de la gravité d’affaissement (ptôse).
Donc, si la réduction n’est pas importante, le volume des glandes mammaires retiré ne serait pas important ce qui va protéger, par la suite, la vigueur du sein et sa fonction d’allaitement. Cependant, habituellement, une réduction mammaire nécessite un déplacement de l’aréole et du mamelon, et une élimination de la glande mammaire plus ou moins importante. Ces pratiques chirurgicales nécessitent généralement une section d’une partie des canaux lactifères, surtout la partie finale qui se trouve derrière le mamelon et une section des rameaux nerveux sensitifs. Pour cette raison, le praticien va essayer de préserver les capacités de production de lait en gardant une région du sein intacte (pédoncule).

Quels facteurs nécessitent une lactation correcte après une réduction mammaire ?

Pour que l’allaitement soit assuré dans les meilleures conditions, plusieurs facteurs doivent s’associer. Ils sont essentiellement :

    Glande mammaire restante, suffisante et fonctionnelle pour assurer l’allaitement
    Canaux lactifères (galactophores) intactes et non coupés
    Sensibilité naturelle des mamelons (ce facteur n’est pas immédiat, il s’améliore au fil du temps).
    Ce facteur est le plus important car il concerne le système nerveux. Il faut préserver le système nerveux responsable de la production des hormones de lactation (prolactine, ocytocine).

Pour finir, les interventions de réduction mammaire n’interdisent pas une femme d’allaiter, par contre, elles rendent la tâche un peu difficile surtout dans le cas d’une ptôse importante avec retrait de la glande mammaire. Essayez donc de programmer votre opération de réduction après vos grossesses pour que le résultat soit meilleur et le risque soit éliminé.

À lire :

Quel âge minimum pour une réduction mammaire?

Laissez un commentaire


error: Content is protected !!